L'Art de Vivre

Vivre Juste sur une Terre aimée et respectée
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alerte au climat!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean

avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 12/02/2006

MessageSujet: Alerte au climat!   Sam 11 Nov à 11:03

Le mardi 31 oct 2006

ALERTE VERTE

Une grande dépression menace la planète



Les changements climatiques ont beau être à nos portes, il est encore temps d'agir, révèle la plus importante étude économique des changements climatiques publiée à ce jour. «Optimiste», cette analyse n'en constitue pas moins un véritable cri d'alarme.

Si la communauté internationale refuse de se mobiliser, les changements climatiques auront un effet aussi dévastateur sur l'économie mondiale que la Grande Dépression des années 30.

La facture pourrait dépasser les 7000 milliards de dollars.

Pour contrer cette menace, les pays du monde ne doivent pas hésiter à investir les sommes nécessaires, c'est-à-dire environ 1% de leur PIB chaque année. Cela impliquerait des coûts annuels de quelque 14 milliards de dollars pour le Canada.

Voilà la principale conclusion d'un volumineux rapport rédigé par l'ancien économiste en chef de la Banque mondiale, Nicholas Stern. Commandée par le gouvernement britannique, cette étude dévoilée hier exhorte la communauté internationale à agir «de toute urgence» pendant qu'il en est encore temps.

«Les conclusions du rapport sont optimistes, a déclaré l'auteur, hier à Londres. Il est encore temps d'éviter les pires impacts des changements climatiques, si nous agissons maintenant et de concert. Mais la tâche est urgente. Attendre avant d'agir, même pour une décennie ou deux, nous poussera en terrain dangereux.»

Aujourd'hui chef du service économique britannique, Sir Stern invite la communauté internationale à se rallier le plus rapidement possible derrière un traité qui inclurait les grands pollueurs comme la Chine, l'Inde et les États-Unis.

Il invite également l'ensemble des pays à investir une portion de leur PIB chaque année pour lutter contre le réchauffement de la planète. «Il s'agit d'un défi majeur, mais une action soutenue à long terme peut permettre de le relever à un coût très bas en comparaison avec le coût de l'inaction», écrit-il dans son rapport de 700 pages.

M. Stern évalue que la facture d'un laisser-aller pourrait atteindre entre 5 et 20% du PIB mondial. En d'autres termes, le coût de l'inaction pourrait coûter de cinq à 20 fois plus cher que celui de l'action, chiffré à environ 1% du PIB.

Pour en arriver à un tel résultat, les experts dirigés par Sir Stern ont évalué financièrement les différents impacts potentiels du réchauffement: fonte des glaciers et montée des niveaux de la mer, multiplication des inondations et déplacement de population, prolifération des sécheresses et impact sur l'agriculture, etc.

«Les pays n'ont pas à choisir entre la lutte contre les changements climatiques et la promotion de la croissance et du développement», ajoute-t-il, démontant du coup la principale justification du laxisme du gouvernement Harper et de l'administration Bush.

Le Canada

Certains passages du Stern Review on the Economics of Climate Change concernent plus directement le Canada. L'économiste reconnaît ainsi que le pays pourrait profiter à court terme du réchauffement de la planète: diminution de la demande énergétique, baisse de la mortalité liée au froid, hausse du tourisme, etc.

«Dans les régions plus au nord comme le Canada, la Russie et la Scandinavie, les changements climatiques peuvent entraîner des bénéfices. Mais le réchauffement sera aussi plus rapide dans ces régions, ce qui aura de sérieux impacts sur la biodiversité», note-t-il.

Il précise néanmoins que les principales victimes des changements climatiques seront les pays du Sud... même s'ils ne sont que minimalement responsables de la situation. Il exhorte ainsi le Canada et les autres pays industrialisés à ne pas se faire chiches quant à leur responsabilité dans ce problème.

Conférence ONU

Pour les écologistes, ce rapport attendu de longue date arrive à point nommé. Il précède en effet de quelques jours l'ouverture de la prochaine conférence de l'ONU sur les changements climatiques qui se tiendra à Nairobi, au Kenya, du 6 au 17 novembre. L'avenir du protocole de Kyoto sera au coeur des débats.

Il suit aussi de près le dévoilement du plan vert fédéral du gouvernement du Canada qui a récemment choisi de mettre en sourdine la lutte contre les changements climatiques au profit de la lutte contre le smog. Très critiquée, cette approche ne répond aucunement aux exigences du Stern Review, selon les écolos.

«Le gouvernement Harper prétend que ce sont les écologistes qui ont inventé le problème des changements climatiques. Le rapport Stern, en faisant une recension des plus récentes études scientifiques sur la question, prouve le contraire», a noté Steven Guilbault, directeur québécois de Greenpeace.

Pour Matthew Bramley, de l'Institut Pembina, l'étude a le mérite de montrer un autre visage du problème. On y apprend en effet que les changements climatiques sont un des plus grands défis économiques auxquels fait face la communauté internationale.

«Même si une personne n'est en rien émue par les pertes environnementales, elle peut vouloir agir pour des raisons économiques, fait-il remarquer. C'est ce que devrait retenir le premier ministre Stephen Harper, économiste de formation.»

Des impacts au Canada

Les impacts économiques des changements climatiques au Canada, selon le Stern Review:

- Le dégel du pergélisol risque d'augmenter les coûts de protection des infrastructures et des installations pétrolières et gazières.

- Les hivers plus courts et la diminution de la couverture des glaces de mer devraient prolonger la période de navigation au cours de l'été arctique et permettre un meilleur accès aux ressources minérales, pétrolières et gazières.

- Des étés plus chauds et une banquise moins étendue rendront toutefois la vie plus difficile aux ours polaires, aux phoques et aux autres mammifères arctiques.

- Un climat plus chaud est susceptible d'augmenter la productivité agricole. Mais un couvert neigeux plus mince risque de rendre les cultures de blé d'hiver plus vulnérables.

Ce qu'il faut faire:

- Que chaque pays investisse au moins 1% de son PIB dans cette lutte
- Élaboration d'un traité international qui comprend la Chine et l'Inde
- Taxer les sources de carbone comme le pétrole.

Ce qui adviendra, sinon:

- Effondrement de l'économie mondiale
- Réduction allant jusqu'à 20% du PIB mondial;
- Augmentation de plus de 5 degrés Celsius de la température.


Source: http://www.cyberpresse.ca/article/20061031/CPACTUALITES/610310758/0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Alerte au climat!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» /!\ Alerte au piratage
» Nette amélioration du climat sécuritaire: Des milliers répondent à l'appel
» ALERTE ! VACCIN TUEUR OBLIGATOIRE !
» /!\ ALERTE /!\ Psychopathe en liberté
» - Event V.2 - Alerte à la Bombe !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Art de Vivre :: Ecologie :: Veille Ecologique-
Sauter vers: